Les Systèmes d’Information trésorerie, alliés stratégiques de la croissance externe

par Alaina Roussel

Les fusions-acquisitions et leur impact sur la trésorerie

Les opérations “fusac” (acronyme de fusion/acquisition) existent sous deux formes principales :

  • les fusions absorptions, impliquant la disparition d’une entreprise au profit d’une autre
  • les fusions de deux ou plusieurs entités, résultant à la création d’une nouvelle société

Historiquement le taux d’échec des Fusions/Acquisitions dépasse les 60%. Ce taux important n’est pas seulement dû à une mauvaise compatibilité ou intégration humaine ; il est souvent la conséquence de mauvaises décisions préinvestissement ou d’un processus d’intégration financier trop long et coûteux en ressources internes.
Ce processus a alors de fortes chances de se voir compromis si tous les moyens ne sont pas correctement mis en place ou si les décisions ont été biaisées par l’utilisation de données incorrectes.

L’échec des Fusions/Acquisitions est souvent la conséquence de mauvaises décisions préinvestissement.

Afin de répondre à ces enjeux, le département trésorerie est naturellement un rouage primordial permettant de garantir une prise de décision objective et une valorisation réaliste de l’entreprise.
Ces opérations sont souvent chronophages : négociations avec les partenaires bancaires, identification des risques de trésorerie, valorisation du patrimoine… Elles constituent ainsi une charge de travail importante pour les trésoriers d’entreprise dont le but est de minimiser les risques opérationnels et organisationnels. Mais elles demeurent essentielles, source d’une transformation durable, grâce notamment à l’optimisation de la base technologique.

En conséquence, outre les problématiques purement liées aux restructurations, la mutualisation des différents logiciels de Système d’Informations est l’un des défis majeurs à relever. Dans cet article sont ainsi abordés en particulier les challenges liés à la mutualisation du système de gestion de trésorerie et les atouts du TMS (Treasury Management System) pour les relever.

Opérations « M&A » : les défis du trésorier

Dans une stratégie d’entreprise marquée par les Fusions / Acquisitions, le département trésorerie est amené à jongler avec chacune des opérations liées au M&A et au changement d’organisation du groupe.

Elles impliquent notamment :

  • L’ouverture, la fermeture et la fusion des comptes bancaires
  • Le réassignement adéquat des transactions et opérations aux entités impliquées
  • La réaffectation des écritures comptables
  • La mise à jour des informations relatives aux prévisions et aux paiements (réception et envoi)
  • La création et la modification des droits d’utilisateurs et de signature
  • La consolidation des données et le reporting associé

Merge and Acquisition iconParmi les autres enjeux plus stratégiques et essentiels de l’entreprise souhaitant investir, on peut évoquer l’identification précise du potentiel de synergie et la juste valorisation de l’actif et du passif des organisations impliquées.

Alors comment évaluer si le rapprochement de deux groupes sera profitable en termes de couverture financières, de ratios d’endettement, d’exposition aux risques, de liquidité ?
>> La flexibilité du TMS et le support fourni par l’éditeur peuvent grandement simplifier et accélérer les démarches associées. Le système de gestion de trésorerie permet en effet de rationaliser les processus de gestion de trésorerie pour les entreprises à forte croissance externe.

Les réponses d’un TMS aux problématiques de fusion-acquisition

Les bénéfices engendrés par l’utilisation d’un TMS dans le cadre d’activités de type fusion/acquisition sont légion, sous réserve que le TMS dispose d’une souplesse de paramétrage suffisante.

 

  1. En termes d’outil d’aide à la décision, un TMS fournit une assistance primordiale dans les processus suivants :
  • La mise à disposition d’instruments financiers permettant un financement adapté des différentes filiales >> Les opérations de trésorerie sont-elles correctement gérées ?
  • La valorisation des éléments de mon bilan >> La société est-elle correctement valorisée ? L’échange potentiel d’actions est-il équitable ?
  • La position de mes portefeuilles de transactions >> Comment va évoluer mon exposition aux risques de marché ? Ai-je accès à suffisamment de liquidités ?
  • La simulation de flux de trésorerie et le calcul des ratios de gestion >> Mon taux d’endettement augmentera-t-il mon taux d’emprunt de manière supportable ?

 

  1. D’un point de vue fonctionnel et organisationnel, les avantages sont tout aussi importants, notamment:
  • la transition accélérée entre les banques de la filiale et celles utilisées par le groupe.
  • le regroupement automatique d’entités selon les critères définis par l’entreprise
  • le paramétrage rapide d’une nouvelle devise en cas d’une acquisition à l’étranger
  • la réorganisation des niveaux hiérarchiques, des business units et de tous leurs éléments parents et enfants
  • une Business Intelligence personnalisée, avec des reportings sur différentes vues (ex : positions de trésorerie par pays, par région, par branche…)
  • l’historisation des comptes bancaires fermés et leur distinction des comptes actifs. Dans un Treasury Management System comme Treasury Line, en accord avec le souhait du client, les référentiels ne sont pas supprimés physiquement mais logiquement.
  • la simplification ou la personnalisation des workflows, particulièrement pour les entreprises dotées d’une structure complexe
  • l’intégration native de l’in-house bank, capable d’accélérer et de faciliter l’intégration des entités fusionnées ou acquises et plus efficace dans la gestion du changement qu’un modèle classique (comme le note DBS Bank dans son article sur l’IHB)

 

  1. La dimension technique enfin n’est pas négligeable. L’avènement du Cloud et des applications SaaS assurent aux trésoriers et à leur département SI une souplesse et une rapidité de déploiement inégalées, ainsi qu’un un accès rapide, après fusion ou acquisition, à une vue globale et personnalisable de la trésorerie groupe

Le TMS a aussi l’avantage d’offrir un accès instantané aux informations disponibles à tout moment afin de les prévisualiser ou de les modéliser dans le futur.

Zoom sur Treasury Line

logo Treasury LineConsciente des défis que peuvent soulever les fusions, acquisitions et/ou prises de participation, DataLog Finance offre aux trésoriers la possibilité de simplifier la restructuration de leur entreprise, soulageant ainsi nos clients dans la réalisation de nombreuses tâches fastidieuses et souvent complexes. Afin de répondre de manière efficace à ces enjeux et de pouvoir soutenir la croissance externe des entreprises, le TMS Treasury Line a intégré de nouvelles fonctionnalités qui, grâce à sa flexibilité et à ses capacités de paramétrage, lui permette de s’adapter diligemment aux structures les plus évolutives.

 

Nos clients dont une partie de la stratégie repose sur une croissance externe ont choisi Treasury Line afin d’appuyer et de concrétiser leur stratégie de consolidation et de rachat d’entreprises.
Parmi les atouts du TMS qui les ont particulièrement convaincus :

  • Le TMS Treasury Line gère nativement la communication avec des milliers de banques à travers le monde et un large éventail de formats bancaires et s’adapte par essence aux acquisitions à l’international
  • La mise à disposition d’outils de réorganisation du référentiel
  • L’actualisation automatique des transactions, des prévisions et des paiements grâce à son architecture native de plateforme intégrée
  • La gestion des normes comptables locales et internationales facilitant la mise à jour des écritures comptables
  • Un large panel d’instruments de financement allant de l’emprunt simple à la structure de ligne de crédit élaboré permettant d’appuyer la stratégie de financement de la fusion
  • Des outils de reporting adaptés et puissants autorisant un monitoring des flux de trésorerie et des positions financières en temps réel

Pour plus d’informations, contactez-nous.


Blog